C'est notre histoire... Notre parcours dans la procréation médicale. Les hauts, les bas de notre quotidien, au jour le jour ou presque... Pour évacuer, pour se souvenir, pour raconter plus tard à ces enfants... Pour que notre galère ne soit jamais oubliée!
Aujourd'hui, nous sommes les parents comblés de petites jumelles éprouvette. Ce blog relate également leur naissance prématurée et leur quotidien.

jeudi 24 novembre 2016

3 ans

Mes articles ne sont pas passionnant, je ne conte là que les grande étapes de la vie de mes filles. Mais malgré tout, je trouve important pour moi, pour le fil de mon histoire de venir écrire ici ces grandes étapes.


Là, il ne s'agit pas vraiment d'une étape, mais les filles ont eu leur rdv des 3 ans (en age corrigé encore cette fois ci) pour le réseau. C'est assez rigolo, pour des petites filles dizygotes, elles sont totalement symétrique. 51cm de tour de tête, 93cm de hauteur et 13.2kg pour leur poids. Mais elles n'ont pas du tout la même morphologie. Rose parait plus potelée que sa sœur. On a pu répondre à la positive à presque toutes les questions. Il y en a juste une qui reste toujours en suspends. Les postures. Les filles tombent systématiquement quand elles courent. Comme elles ne marchent que depuis 15 mois contre souvent 25 pour des enfants du même age, je ne compare jamais trop leurs postures à celles des autres. Mais pour la pédiatre, elles devraient commencer à tenir sur leurs jambes. Alors on refait un point dans 6 mois. Il serait temps que les filles puissent courir et sauter sans tomber! Et ce serait super chouette pour maman aussi. Parce que je sais que quand une des filles me dit "moi veut courir maman", ça va se finir dans les larmes... Il y a un autre point à surveiller, c'est le fait qu'elles restent dans leur bulle sans trop se meler au groupe. Elles s'autosuffisent et ne ressentent aucun besoin de désolidariser leur duo ou de faire entrer qui que ce soit dans leur duo. A l'école, elles sont biensur dans la même classe parce qu'il n'y a qu'une classe de maternelle dans notre brousse, mais elles sont dans 2 groupes séparés. Je trouve cela très bien, mais j'ai pas l'impression que ça casse leur duo. La pédiatre m'a dit que la sociabilisation est une acquisition de fin de petite section.
Ceci étant, maintenant, elles jouent avec les enfants de nos copains. Et ça c'est assez récent. Donc, j'ai bon espoir que leur duo s'ouvre un peu.


L'école semble bien se passer. Les filles parlent peu ou pas de l'école. Elles parlent un peu de la cantine qui semble les satisfaire et de la garderie qu'elles adorent! Elles sont les seules petites, et du coup, les "grandes" (jusqu'au CP) les chouchoutent et jouent à la poupée grandeur nature... Je culpabilise donc bien moins de les laisser à l'école à la grande journée. Je les dépose le matin à l'école dans leur classe et les récupère le soir à la garderie. Par contre, le soir, à 19h15 maxi, elles sont au lit. Sachant que je les récupère à 18h, je vous laisse imaginer la course poursuite du soir. On a appris à s'organiser, et on prépare à présent les repas le dimanche en fin de journée. Tous les dimanches soir, on prépare une soupe, une purée, un gratin, et 2 viandes pour nos repas à nous du midi. Comme ça, le soir, j'ai juste à piocher pour les filles, puis nous, puis nos repas du midi à mon homme et moi. La bouffe, c'est une vraie galère!!! J'avais l'impression de passer ma vie à faire des légumes. Avec notre nouvelle organisation, je me sens plus "libre". On rentre de l'école, jeu 10mn histoire de, le temps que le repas chauffe, que j'étendre une lessive et vide un lave vaisselle, repas pour les filles, douche et dodo. Ensuite, on mange nous, et je me remets sur mon ordi pour bosser. Parce que la contre partie de pouvoir récupérer mes filles le soir, c'est que je dois rebosser une fois qu'elles sont au lit. Sinon, je ne peux pas boucler mon travail. On court après le temps. En ce moment, ça me pèse un peu. Mais je suis aussi très heureuse que ma petite entreprise fonctionne bien, de pouvoir avoir la possibilité de déposer et récupérer mes filles à l'école. ça me convient.


Le lundi après midi, les filles vont à l'école d'anglais. Elles adorent y aller. A la fois, les enseignantes y mettent absolument toute leur ame! Et franchement, quand j'entends les filles au détour d'un dessin me dire en anglais une couleur, un état (happy, sad), please, thank you... et bien, je me dis que nous avons un petit retour sur investissement. Parce que c'est un investissement réel. Mais pour moi, c'est essentiel que les filles sachent parler et comprendre l'anglais. Si en plus elles sont contentes d'y aller...


Les filles sont toujours très fusionnelles. Et mon cœur fond toujours autant de les voir. L'autre jour Jade me dit "ce soir je dors avec ma princesse". Alors je lui demande qui est sa princesse et elle me répond "ma Rose". J'ai cru pleurer tellement je trouvais ça beau!
On les a emmenée récemment chez Mickey. Ahhhh les princesses, et winny et ses amis... Elles en ont encore plein la tête! Sans avoir jamais vu un seul dessin animé.... Comme quoi, les princesses chez les petites filles, c'est inné. Parce qu'elles n'en ont jamais vu à la télé puisqu'elles n'ont jamais regardé la télé. Pour Rose, ça a été une révélation. Je n'ai jamais vu ses yeux briller autant. Jade était très effrayée, mais envoyait des bisous à winny, tic et tac... Et tous les soirs en se couchant, elles nous demandent de raconter encore ces moments magiques pour elles.


Voilà, il se passe à la fois plein de choses et pas grand chose d'autre que la routine de chaque famille. Les filles grandissent. Tranquillement. Elles nous laissent le temps de savourer chaque age, et je les en remercie.

1 commentaire:

  1. Elles grandissent bien, c'est chouette !!! Elles ont l'air facile à vivre. Joyeux anniversaire à elles.
    Kahina

    RépondreSupprimer